Un double défi pour Casiopeea
défi casiopeea

Un double défi pour Casiopeea

Paris Vannes en vélo suivi des 177km de l’Ultra Marin en course à pied.

 

Le mercredi 27 juin la Team Casiopeea prend le départ du pari fou pour ces 7 personnes de relier Paris à Vannes non-stop en vélo. En janvier pour certaines d’entre elles, ce défi semble irréaliste : elles n’ont jamais pratiqué le vélo. Le tout premier acte d’engagement est le choix de la machine : comment choisir le vélo adéquat. Puis s’habituer aux chaussures automatiques. Nous sommes nombreuses à renouer avec les bobos aux genoux, souvenir d’enfance des chutes en vélo. Au-delà des entrainements collectifs ou individuels, le parcours le plus optimisé est à tracer. Google Maps, avec un retour aux cartes IGN pour finalement utiliser STRAVA sont nos outils pour tracer théoriquement le parcours. Les critères pour le tracé sont : les routes les moins fréquentées possibles, le moins de dénivelé possible et des routes adaptées au type de vélo. Le 9 mai, le parcours est testé par Yvonnick et Denis. Les choix sont bons. Notre expédition permet de découvrir 9 départements dont une rapide incursion en Loire Atlantique. Que de magnifiques paysages depuis la place de la mairie du XVème arrondissement de Paris au port de Vannes. Nous n’oublions pas l’arrêt au Trocadéro pour un shooting photo avec Madame la Tour Eiffel en arrière-plan. L’ascension devant l’Institut Curie de Saint Cloud nous rappelle le pourquoi de notre défi : ne pas se laisser vaincre par la maladie. 50 % des relayeuses ont été atteintes d’un cancer et aujourd’hui croient aux valeurs du sport pour reprendre confiance en soi et en leur corps.

Puis du Trocadéro direction Versailles et retrouver notre fan club. De fils en aiguilles, le dénivelé de la vallée de Chevreuse ne nous fait pas peur et nous nous engageons ensuite sur les routes de la magnifique campagne française en cette période de moisson. La cathédrale de Chartres est notre point de mire pendant de nombreux kilomètres. Puis les longues lignes droites de La Mayenne n’atteignent pas notre moral d’acier et notre détermination. De relais en relais nous cheminons vers le Morbihan. Et de kilomètres en kilomètres le rythme se prend avec des relais de plus en plus rapides. Au terme de 6 heures de parcours, une bonne assiette de pâtes ou bol de riz sont accueillis à bras ouverts. À Nogent le Rotrou nous faisons le plein de fruits frais car la chaleur nous oblige à nous rafraichir régulièrement. Les places de village sont de bonnes occasions pour une petite « mousse » ou un expresso. Parfois, la gourmandise prend le dessus et nous nous autorisons une glace. A l’issue de 15h de route nous entamons la route de nuit. Il faut équiper les vélos et les cyclistes. Finalement les phares du véhicule suiveur sont d’un éclairage exceptionnel. Nous retrouvons le reste de l’équipe à Bain-de-Bretagne pour certaines endormies dans le second véhicule et pour d’autres dans le sac de couchage à la belle étoile. Le timing est respecté et un repos de 3 heures est le bienvenu avant de parcourir les 100 derniers kilomètres.

La mairie de la Gacilly, nous accueille autour d’un petit déjeuner digne de ce nom et le club de cyclotourisme local nous montre le chemin jusqu’au plus beau village de France : Rochefort en Terre. Nous ne quittons pas la Gacilly sans un cadeau de bienvenue quelques produits Yves Rocher. Merci encore à l’équipe municipale pour cet accueil. Rochefort en Terre, Questembert, Sulniac…. la fin de la route approche et nous apercevons même la mer sur certaines hauteurs. A Sulniac, le fan club nous attend pour une séance photo. Sans aucune chute, sans aucune crevaison toute l’équipe se retrouve pour les quelques kilomètres qui nous séparent du port de Vannes. C’est sous un tonnerre d’applaudissements, et un accueil généreux des organisateurs de l’Ultra Marin, que nous franchissons toutes ensembles la ligne d’arrivée. Des larmes de joie envahissent les yeux des relayeuses et relayeurs ainsi que toutes les personnes qui nous ont accompagnées tout au long de cette aventure. Nous réalisons difficilement que 30H plus tôt nous étions au pied du château de Versailles. Mais l’aventure ne se termine pas là.

 

défi casiopeea

Défi de l’ULTRA MARIN

À la conquête des 177 km de l’Ultra Marin !

 

Une fois la team vélo arrivée à bon port, place maintenant au relais course à pied pour un départ à 19h00 ce même vendredi. A peine remise de l’expérience vélo que nous partons récupérer les dossards du relais solidaire Casiopeea avec l’engagement de 10 femmes dont deux du relais vélo pour boucler les 177km de l’Ultra Marin. Ce défi est nouveau pour 50% de l’équipe et nous gardons l’esprit de partage avec une équipe mixte francilienne et bretonne : les anciennes briefent les nouvelles et chacune se concentre sur ce qu’elle va réaliser. Le départ est pris par une morbihannaise qui vit les joies d’un passage dans l’eau puis alterneront franciliennes et morbihannaises. Chacune met le maximum pour tenir son relais dans les temps. Le passage du relais au Bono est toujours magique car à cet endroit la nuit nous enveloppe pendant quelques heures. Une nuit bien chaude et sous les étoiles. Le passage à Saint Goustan laisse le sentiment d’un voyage dans le temps avec ses jolies maisons et ses rues pavées. Puis au détour d’une forêt arrive, le relais de Crac’h a : le dernier relais de la nuit. L’honneur est donné aux morbihannaises pour le passage en bateau vers ARZON. Elles foncent toutes ces relayeuses pour atteindre la ligne d’arrivée. La journée du samedi, sous une chaleur accablante, nous semble longue mais ne nous empêche pas d’encourager les ultra traileurs solo du 177km qui souffrent un maximum : toujours un petit mot pour les féliciter et expliquer le pourquoi de notre dossard rose. Ils nous impressionnent mais nous les impressionnons aussi avec nos deux défis. Le Hézo, Sarzeau, Noyalo, … les pointages et les relais se suivent au rythme de la journée avec toujours la même envie de donner son maximum et de rendre finisher la team Casiopeea. Séné : la porte vers l’arrivée, toute la team est présente pour encourager notre dernière relayeuse qui s’engage, après avoir réalisé le parcours vélo, sous un soleil de plomb. Nous savons que sa détermination et son engagement viendront au bout de ce semi-marathon à parcourir. Le pont de Kérino, voilà encore quelques kilomètres le long du port. Ces quelques kilomètres qui conduisent vers la ligne d’arrivée ressemblent à une période de transition. Pas beaucoup de paroles, des regards, des mains qui se serrent, des bises, les relayeurs et la team logistique apprécient ce moment de partage pour savourer pleinement notre exploit qui s’annonce. La dernière ligne droite sur le tapis. Oui ce tapis rouge nous l’avons chacune eu comme objectif. Nous sommes accueillis par Mme Josiane LANDREIN et Anais Quéméner notre marraine vainqueuse du 32 km. Les larmes ne se retiennent plus et nous sommes fières de ce que nous avons réalisé.

Merci à Laurence, Patrick, Jean Thierry pour leur présence et leurs yeux de professionnel pour immortaliser ces moments en photo, en vidéo. Merci à Yvonnick et Denis pour la reconnaissance du parcours vélo et toute la team logistique sur l’Ultra Marin. Merci aux membres et aux partenaires sans rien ne pourrait se faire.

Quel sera le défi 2019 ? « Le Sport Pour Vaincre » telle est notre devise.